L’intelligence neurosensorielle permet de mieux se connaître pour mieux traverser les turbulences, les mutations ainsi que le stress que les situations prévisibles risquent de nous imposer.

Formations en entreprise sur différentes thématiques : Par exemple travailler au niveau des 4 axes du processus V.O.I.R. et des 16 compétences de l’adaptabilité et animation des ateliers sur mesure pour apporter les solutions dont vous avez besoin (sur la base de tests SAT).

LE TEST SAT (SENS AGILITY TALENT PROFILE) est une évaluation des compétences agiles.

LES CERTIFICATIONS NSI : Pour consultants, coachs et formateurs

La connaissance des mécanismes cognitifs nous ramène à ce que nous sommes vraiment : des êtres essentiellement émotionnels. Elle nous permet, en mettant des mots sur le fonctionnement de notre cerveau, d'agir sur nos comportements et d'entrer dans une démarche de transformation concrète de nos pratiques managériales.

APPRENDRE LA FLEXIBILITÉ MENTALE

Dans le quotidien, notre cerveau en mode automatique fait ce qu'il veut, fort de l'expérience acquise depuis la naissance. Sa principale fonction est de prédire, d'anticiper les situations qui pourraient représenter un danger en se fondant sur ce qu'il connaît déjà


• face à l'inconnu ou l'imprévu, nous devons enseigner comment activer le système de rechange - le cerveau adaptatif - qui permet de se
  décaler et d'appréhender la situation sous un jour nouveau
• nous devons apprendre aux managers comment développer leur 'résistance cognitive' et inhiber certains comportements limitants pour ne
  pas céder aux injonctions du mode automatique
• Les pensées sont le fruit de notre inconscient et, par définition, nous ne pouvons pas maîtriser leur venue. Nous pouvons en revanche
  enseigner comment contrôler leur expression
• Autrement dit, la flexibilité mentale, c'est être en capacité de « penser contre soi-même » ! Elle active d’autres canaux de lecture des
  situations - à nous de diffuser cette compétence essentielle


UTILISER LES MÉTHODES ISSUES DES NEUROSCIENCES


• Éduquer le cerveau plus que la personne elle-même, de façon que la situation vécue comme complexe soit petit à petit perçue comme
  moins dangereuse et donc susceptible d'être mieux gérée
• utiliser les méthodes neuropédagogiques : le cerveau n'est pas un récipient qu'il suffit de remplir de savoirs pour qu'il carbure;
  contrairement aux neuromythes, il est avant tout visuel et, plus encore, multisensoriel
• faire des liens : l’apprentissage est ainsi étroitement lié au processus de mémorisation. Or notre mémoire est associative. Nous raccrochons
  les informations nouvelles à nos connaissances existantes
• utiliser tous les canaux : l'utilisation simultanée du langage du corps et de la sensorialité avec les techniques de visualisation est la voie la
  plus rapide pour éduquer notre cerveau